LES MAUX DE L'ETE

 L’été possède ses charmes mais aussi ses risques

 

Partir en vacances ou en week-end avec nos compagnons à quatre pattes, c'est également prévoir leur bien être et leur sécurité. N'oubliez jamais le carnet de santé, le certificat de vaccination antirabique et sa trousse de premiers soins.

Pour votre trajet, pensez à prévoir de l'eau et un récipient pour le désaltérer. Vérifiez bien qu'il ait sa laisse avant qu'il ne sorte de la voiture lors de votre arrêt pour qu'il se dégourdisse un peu les pattes

Avant votre départ, quelle qu'en soit la durée, renseignez vous auprès de syndicat d'initiative, de la gendarmerie ou du commissariat de police de la région où vous vous rendez ou dans les bottins dont la consultation est gratuite dans les postes, des vétérinaires présents sur votre lieux de villégiature. S'il existe un service SOS Vétérinaires, une SPA ou un refuge ou pourrait se retrouver votre compagnon à quatre pattes en cas de fugue.

Vous pouvez contacter l'Ordre des vétérinaires ou encore le Syndicat National des Vétérinaires afin qu'il vous communique la liste des vétérinaires se trouvant dans la région de votre séjour.

ACCIDENT

Appeler immédiatement le vétérinaire d’urgence.

Eviter de déplacer l’animal qui ne peut le faire de lui-même. Réchauffez-le avec une couverture, un vêtement assez grand ou une enveloppe de survie. Ecartez les curieux, rassurez l’animal en attendant l’arrivée du vétérinaire que vous avez appelé.

Tout choc violent ou non impose un examen immédiat par un vétérinaire car même si Toutou a un comportement tout à fait normal après un accident, il peut avoir une hémorragie interne due au choc.

 AOUTAT

Ces petits parasites externes apparentés aux gales ne sont ennuyeux qu’une quinzaine de jours par an, à la fin de l’été. On les trouve le plus souvent dans les prés et les jardins. Seules les larves sont irritantes. Elles se nourrissent des débris cutanés de nos compagnons à quatre pattes. Leurs morsures provoquent de vives démangeaisons, des rougeurs et des croûtes.

Ces larves sont visibles à l’œil nu sous forme de minuscules points orangés. Votre vétérinaire saura vous donner le traitement et l’antiparasitaires qu’il faut pour en débarrasser Toutou.

ARAIGNEE

En France, il existe 9 espèces d’araignées considérées comme dangereuses sur les 35 000 variétés d’arachnides que compte notre pays.

Le latrodecte, cousin éloigné de la fameuse "veuve noire" américaine, est responsable de la plupart des soucis créés par les piqûres d'araignée. On la trouve surtout dans le Midi, la Corse et le littoral Atlantique. Les premiers signes apparaissent dans les deux heures qui suivent la morsure. La douleur locale est très vive et se propage rapidement. Un rougeur et une forme de durillon local apparaissent.

Dans les heures ou dans les jours qui suivent, la zone de la morsure noircit et nécrose. On constate chez les animaux de petite taille des signes généraux importants : fièvre, agitation, tremblements et contractions spastiques des membres, difficultés respiratoires.

N'attendez pas ces symptômes pour courir chez le vétérinaire.

BRULURES

En cas de brûlures de votre compagnon à quatre pattes, ne mettez rien sur la plaie, ni graisse, ni huile, ni pommade.

Si la brûlure est superficielle (pas de perte de peau), aspergez-la d'eau fraîche pendant environ une quinzaine de minutes.  Dans tous les cas, une visite rapide chez votre vétérinaire s'impose, surtout si les lésions sont importantes.

COUP DE CHALEUR

Incontestablement le coup de chaleur représente la pathologie numéro "UN" de la période estivale. Les victimes sont surtout les chiens que leurs maîtres laissent dans les voitures (même fenêtres ouvertes, une voiture peut devenir un vrai four) et également les chiens qui ont fait un exercice physique important (jeux, course, travail,…) aux heures les plus chaudes de la journée. Les chiens âgés sont particulièrement sensibles aux températures estivales.

Le coup de chaleur fait que nos compagnons sont dans un état de détresse respiratoire extrême et leurs muqueuses sont congestionnées. Leur température normalement à 38,5° dépasse largement les 40°. Le taux de mortalité est important quand la température se maintient à 42° plusieurs minutes.

Les premiers soins sont de placer l'animal au frais. Douchez-le avec de l'eau froide jusqu'à ce que la température descende en dessous de 39. Placez des linges mouillés sur son corps et une poche de glace sur la nuque. Un ventilateur pourra être mis à proximité.

Massez les pattes pour favoriser la circulation du sang et laissez boire Toutou à volonté.

Ensuite, allez chez le vétérinaire.

CHENILLE PROCESSIONNAIRE

Très répandue dans le Midi, cette chenille vit en colonie et se déplace à la "queue leu leu". Son corps est couvert de minuscules piquants contenant des substances irritantes. Des lésions particulièrement graves sont constatées lors de la prise en bouche des chenilles. Sans traitement immédiat prescrit par le vétérinaire, des cas de nécroses ont été observés.

Si vous suspectez une telle envenimation, rincez les parties atteintes à l'eau tiède en prenant garde de vous protéger les mains avec des gants et de porter éventuellement des lunettes.

DIARRHEE

Elle apparaît souvent après les fortes chaleurs, soit sous l'effet de la chaleur elle-même, soit après que votre compagnon à quatre pattes ait bu une grande quantité d'eau pas toujours très propre ou bien encore, quand votre fidèle compagnon a chapardé dans les poubelles ou sur le sol, un aliment en état de putréfaction.

Cette diarrhée met votre animal à plat pendant deux ou trois jours. Laissez-le à la diète pendant 24 heures à 48 heures, laissez-le boire aussi souvent qu'il le souhaite pour éviter la déshydratation mais en petite quantité. L'eau de cuisson de riz est particulièrement efficace.

Un pansement gastrique devra être donné, il sera prescrit par votre vétérinaire que vous aurez consulté dès l'apparition des symptômes.

 DIROFILARIOSE

Cette maladie est plus fréquente dans les régions méditerranéennes mais on la trouve toutefois dans tout le sud de la France. Elle est transmise par une piqûre de moustique qui inocule des larves de filaires. Si vous comptez vous déplacer dans les zones à risques avec votre Toutou (Midi, Corse, Italie, Espagne, pourtour méditerranéen, Etats Unis, Antilles, Guyane, Réunion, Nouvelle Calédonie) procurez-vous, auprès de votre vétérinaire, le produit qui, donné une fois par mois pendant le séjour, évitera bien des soucis.

 EPILLETS

Les chiens à poil long et les chiens aux oreilles tombantes en sont les premières victimes. Aucune guérison spontanée n'est possible, les épillets étant vigoureusement ancrés dans les tissus et leur évolution ne pouvant se faire que vers l'avant.

Consultez d'urgence votre vétérinaire pour tout comportement anormal de votre animal (éternuements fréquents, boiteries, saignements anaux, secouements d'oreilles,…).

Pour réduire les dangers de ces fameux épillets, examinez le pelage, les pattes et les oreilles de votre compagnon à quatre pattes à chaque retour de promenade.

GUÊPES, ABEILLES ET FRELONS

Les piqûres de guêpes, abeilles, frelons, sont généralement bénignes mais lorsqu'elles sont nombreuses ou qu'elles se situent dans la bouche ou dans la gorge, elles peuvent être très dangereuses, et même, mortelles en cas d'allergie.

Consultez votre vétérinaire en urgence si après une piqûre, votre compagnon à quatre pattes présente des difficultés respiratoires, des troubles du comportement (prostration ou hyperexcitation), un gêne buccale, une tuméfaction ou une douleur locale excessive.

 HYDROCUTION

Comme pour vous et moi, plonger dans une eau fraîche après être longtemps resté en pleine chaleur peut être à l'origine de syncope et parfois de noyade chez les chiens. Par prudence, vous éviterez que votre compagnon à quatre pattes se jette à l'eau sans l'avoir auparavant bien aspergé, surtout s'il est resté un bon moment au soleil ou s'il vient de courir un bon moment.

INTOXICATIONS

L'été et les beaux jours, synonymes pour nos compagnons de sorties et de ballades, riment également avec la malveillance.

Dans la plupart des cas, les empoisonneurs utilisent deux types de produits :

· Soit il s'agit de convulsivants, poison normalement utilisés comme rodenticides, corvicides ou taupicides. Ils provoquent dans l'heure qui suit l'absorption des manifestations nerveuses spectaculaires et rapidement mortelles : convulsions, tétanies, hypersalivation, hyperréflectivité, hurlements… Le vétérinaire doit être consulté en urgence.

· Soit ils utilisent des anticoagulants, produits employés couramment pour la destruction des rats. Ils provoquent un syndromes hémorragique qui survient plusieurs jours après l'absorption du produit. Il existe une antidote à cette intoxication mais elle n'a de chance d'être efficace que si elle est administrée très rapidement après le début de l'intoxication.

Si vous pensez que votre chien a avalé un produit suspect, n'attendez pas les premiers symptômes pour courir chez le vétérinaire. En effet, le vétérinaire peut faire vomir votre chien avant même que le poison ait commencé à être absorbé. Il doit intervenir au plus tard deux heures après l'absorption des appâts pour sauver la vie de Toutou.

JOGGING

C'est excellent pour la forme mais prudence si votre compagnon n'a pas d'entraînement d'une manière régulière toute l'année.

Ainsi il est fréquent de voir les chiens courir pendant des kilomètres et en pleine chaleur derrière le vélo de leurs maîtres inconscients de l'effort terrible que doit faire l'animal pour se maintenir à leur niveau.

"Coup de chaleur" ou accident cardio-vasculaire, le drame est souvent évité de justesse.

Faites faire de l'exercice à votre chien mais évitez les excès. Prévoyez, lors des promenades, des arrêts fréquents pour permettre à votre compagnon à quatre pattes de boire et de se reposer un peu. En effet, contrairement à nous, le chien ne dose pas ses efforts et ne s'arrêtera pas de lui même sauf s'il est presque trop tard. Evitez les randonnées en plein soleil aux heures les plus chaudes de la journée.

En cas de malaise, aspergez votre animal d'eau fraîche ou trempez-le dans le ruisseau, la rivière, l'étang ou le lac autour duquel vous faisiez votre jogging, jusqu'au retour à une température normale. Faites-lui boire des boissons énergétiques d'effort.

LEISHMANIOSE

Cette maladie se caractérise par des signes cutanés (chutes de poils, volumineuses pellicules,…) des ulcérations, un amaigrissement, des hémorragies et une évolution vers un état d'insuffisance rénale. Le traitement est long, difficile et ne permet pas actuellement de guérison complète mais seulement un état stationnaire de l'évolution de la maladie.

Cette maladie est transmise par de minuscules moustiques, appelés phlébotomes, qui vivent surtout dans le Languedoc, les Cévennes et sur la côte méditerranéenne. Protégez au maximum votre compagnon à quatre pattes si vous vous rendez dans ces régions. Utilisez des colliers antiparasitaires et pulvérisez-le fréquemment de produits contre les moustiques.

La leishmaniose est une maladie commune au chien et à l'homme.

MAL DES TRANSPORTS

Mal de mer, mal de l'air, en train, en voiture… Il y a des solutions.

Tout d'abord, évitez de lui donner à manger avant le départ. Pendant le voyage, évitez chaleur et mauvaises odeurs (tabac, essence,…). En cours de route, arrêtez-vous pour promener votre chien en prenant garde de le maintenir en laisse (de nombreux accidents et disparitions ont lieu sur les aires de repos d'autoroutes ou de grandes nationales).

Environ une demie heure avant le départ, vous pouvez donner à votre compagnon à quatre pattes un médicament contre les nausées que vous aura prescrit votre vétérinaire. Ces produits sont efficace en moyenne pendant une dizaine d'heures.

Evitez que votre chien prenne des neuroleptiques. Ils abrutissent le chien et ne stoppent pas les nausées.

 MEDUSE

Sur nos côtes, elles ne provoquent, en général, que des réactions allergiques et de légers malaises. Les rares accidents sont dus à la curiosité de nos jeunes chiens qui prennent parfois les méduses flottantes ou échouées en bouche.

Les lésions cutanées doivent être aussitôt désinfectées et apaisées par des pommades anti-inflammatoires. En présence de lésions buccales et d'hypersalivation rendez-vous chez le vétérinaire rapidement.

 NOYADE

Si nos chiens savent nager avec une certaine efficacité, dans certains cas des accidents peuvent arriver. Si vous découvrez votre compagnon à quatre pattes en apnée ou en arrêt cardio-vasculaire, vous devez, sur place, libérer les voies aériennes, entreprendre un massage cardiaque externe et une ventilation par un bouche à nez. Dès le retour à la conscience, séchez-le et réchauffez-le puis foncez chez le vétérinaire le plus proche qui poursuivra les manœuvres de réanimation.

Si vous ne savez pas faire ces gestes de secours, appelez les pompiers ou le vétérinaire d'urgence, ils sauront vous guider par téléphone le temps d'arriver auprès de votre Toutou.

 L'ŒDEME AIGU DU POUMON

L'œdème aigu du poumon est une urgence cardiologique majeure qui ponctue l'évolution d'une insuffisance cardiaque. L'été est une saison redoutable pour les chiens âgés. En effet, après dix ans, un chien sur deux présente un souffle cardiaque.

Une exposition prolongée au soleil, un temps orageux et lourd suffisent à faire basculer un état d'insuffisance cardiaque vers un œdème aigu du poumon.

Pour réduire les risques, faites faire un bilan cardio-vasculaire avant les fortes chaleurs. Ainsi votre vétérinaire saura détecter toute insuffisance avant l'apparition d'une situation dramatique.

Vous devrez préserver les chiens sensibles de la chaleur et les maintenir dans des locaux suffisamment aérés avec de l'eau à disposition. Une douche lors des journées chaudes leur fera le plus grand bien.

Les symptômes d'un œdème aigu du poumon se caractérisent par un état de détresse respiratoire intense. Sans traitement immédiat, l'issue peut être fatale.

ORAGE

Certains de nos compagnons à quatre patte souffrent d'une phobie intense aux bruits violents et particulièrement aux coups de tonnerre.

Confronté à un état de peur intense face aux bruits d'orage, vous devez garder votre sang froid et paraître indifférent. Ne vous laissez pas aller aux remontrances ou aux consolations. Tentez de soustraire votre Toutou aux déflagrations. Détournez son attention par le jeu et la récompense. S'il ne réagit pas à un coup de tonnerre, complimentez-le.

PIROPLASMOSE

Cette grave maladie parasitaire est transmise par les piqûres de tiques. Bien que depuis quelques années il existe un vaccin avec des rappels annuels ou semestriels il est toutefois préférable de protéger Toutou contre les tiques.

Votre compagnon à quatre pattes devra porter un collier antiparasitaire en permanence, que vous renouvellerez tous les deux mois. Après chaque promenade dans les bois ou dans les champs, inspectez minutieusement le pelage. Retirez avec les produits adéquats les parasites trouvés.

Le piroplasme transmis par les tiques se développe à l'intérieur des globules rouges. Il se multiplie jusqu'à éclatement de l'hématie et l'essaimage de jeunes piroplasmes qui poursuivent l'action destructrice.

Les premiers signes de la maladie apparaissent 4 à 5 jours après la contamination. Les animaux présentent une grande faiblesse, une perte d'appétit, des douleurs musculaires. La fièvre s'élève généralement à 39,5°. Les urines deviennent foncées, couleur marc de café ou porto. Le traitement de cette maladie doit être entrepris de toute urgence.

SERPENT

La vipère est le seul serpent dangereux en France. L'envenimation n'est pas toujours évidente à diagnostiquer car le maître est rarement témoin de la morsure, les victimes principales étant les chiens en balade dans la campagne.

La morsure est d'abord peu visible sous le pelage et peu douloureuse (dans la plupart des cas, c'est la truffe qui est touchée). En une dizaine de minutes, la zone atteinte devient très sensible et gonfle peu à peu. Les signes généraux sont l'affaiblissement, des vomissements, des incoordinations motrices qui apparaissent peut à peu et dépendent de la quantité du venin injecté, du poids de la victime et de la localisation de la morsure.

En l'absence de traitement, la mort peut survenir en 24 à 48 heures. Vous devez, sans attendre, consulter votre vétérinaire. Néanmoins, ne cédez pas à la panique, les premiers soins que vous pouvez entreprendre ont une importance primordiale.

 Premiers soins :

Mettez votre compagnon à quatre pattes au repos total (la marche qui accélère la diffusion du venin est à  éviter totalement).

Refroidir immédiatement la plaie et sa périphérie (poche de glace, de neige, d'eau froide…).

Désinfecter.

A ne surtout pas faire :

Poser un garrot.

Inciser la plaie.

Sucer la plaie.

Injecter vous-même le sérum antivenimeux (risque de choc anaphylactique).

 SEL DE MER

Les bains dans l'eau de mer laissent une fine pellicule de sel à la surface de la peau après évaporation. A la longue, le sel peut être à l'origine d'irritations et d'inflammations aux points de frottements : aine, espace interdigité…

Le simple lavage à l'eau douce de votre compagnon à quatre pattes après chaque retour de la plage prévient ces ennuis.

 SOLEIL

Malgré la protection de leur pelage, nos compagnons à quatre pattes, peuvent souffrir lors d'exposition prolongée au soleil. Les colleys sont particulièrement sensibles au niveau de la truffe.

Par prudence l'été, appliquez au moins deux fois par jour sur l'arrête nasale de votre Toutou un produit pour protection solaire à indice maximal.

YEUX

Les petites affections oculaires sont fréquentes en été. Elles surviennent généralement à cause du sable, du sel et de la réverbération. Ces petits tracas gênent beaucoup nos compagnons à quatre pattes.

 

Trousse à pharmacie de votre compagnon à quatre pattes

Pour les éventuels soins à prodiguer à votre Toutou, elle doit impérativement contenir :

TEL :  06 07 84 91 68 

de 9H00 à 19H00 tous les jours

ou bien nous écrire à   polytechnichien@outlook.com  

 Retour au menu quelques conseils